Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 15:57

La sortie du nucléaire, décidée par l'Allemagne est estimée à 250 milliards d'euros. Ce montant comprend, selon le journaliste du Figaro:

 investissements pour réaliser d'autres unités de production d'électricité,

 augmentation des importations d'électricité,

 démantèlement des installations nucléaires existantes.

Le journaliste du Figaro est sans doute mal informé car de source allemande on note que ces dépenses comprennent:

 147 milliards pour production d'électricité à base d'énergies renouvelables

 62 milliards pour le chauffage à base d'énergies renouvelables

 17 milliards pour améliorer l'efficacité énergétique (isolation, moins de gachis)

 10 à 30 milliards pour adapter le réseau électrique

 5 à 10 milliards pour la construction de centrales à gaz fossile (qui pourront être converties ultérieurement pour brûler du gaz de biomasse)

soit un total de: 241 à 266 milliards d'euros.

Donc si on en croit la source allemande:

 1) le gros de la note n'est qu'une avance sur dépenses, puisqu'il faudra bien, abandonner la filière nucléaire par manque de combustible, par surcoût lié à l'obligation d'amélioration de la sûreté (relative) des réacteurs, par surcoût de recherches du type fuite en avant qui ont, heureusement, peu de chances d'aboutir.

 2) pas d'importation d'électricité prévue (l'Allemagne reste donc indépendante énergétiquement, sans pour autant se priver d'échanges équilibrés avec ses voisins)

 pas de démantèlement prévu ? ou pas chiffré ? Ce point est particulièrement délicat; quelques rares centrales françaises ont été arrêtées mais n'ont pu être démantelées. Il semble que très peu de données chiffrées soient disponibles dans ce domaine.

 

Un expert, questionné par le journaliste affirme qu'à puissance nominale égale, un parc éolien produit 4 fois moins d'électricité qu'un réacteur nucléaire. Cette assertion n'a aucune valeur de comparaison pour de multiples raisons:

 1. il suffirait donc d'installer 4 fois plus d'éoliennes pour parvenir au même résultat, ce qui est un raisonnement du même ordre de simplicité que le précédent !

 2. il n'y a pas que les éoliennes pour récupérer de l'énergie renouvelable, et inutile d'effrayer la populace qui imagine des monstres éoliens partout; il y a aussi les centrales solaires thermiques, qui en stockant la chaleur dans des sels fondus, permettent même de produire de l'électricité après le coucher du soleil. Et là on trouve déjà des puissances de l'ordre de 400 MW ! Il y a surtout la décentralisation de la production électrique grâce aux panneaux photovoltaïques, grâce à la récupération de biomasse, grâce aux mini éoliennes moins bruyantes et moins visibles que les monstres de plus de 120 mètres de haut, grâce à la récupération de chaleur thermique pouvant suppléer les convecteurs électriques.

 3. pour des raisons d'entretien et de sécurité, une centrale nucléaire est arrêtée pendant 10 à 20% du temps, ce qui relativise déjà le ratio annoncé.

 4. la construction d'une centrale dure au bas mot 3 ans alors que la construction d'une éolienne dure au pire 3 mois !

Bref l'assertion de l'expert, sans doute dégagée de son contexte, est une stupidité.

Enfin notre journaliste nous indique qu'Areva avec ses 450 entreprises spécialisées et 12,3 milliards de valeur ajoutée (bien peu pour un monstre du nucléaire), représente moins d'1% de la contribution au PIB ! Et l'on voudrait nous faire croire qu'on ne peut pas se passer du nucléaire ?

Mais de qui se moque-t-on ?

Non seulement sortir du nucléaire, est une nécessité, une mesure de salubrité publique, mais de plus, cette sortie et la réorientation vers les technologies du renouvelables est une opportunité de développement relocalisé et donc une voie génératrice de multiples emplois.

Que ne le fait-on de suite !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian de Lille - dans Consommation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Avenir de l'homme
  • : Avenir de la société Quels sont les facteurs de changement ? Quelle évolution prévisible ? Quels sont nos marges de manoeuvre pour influer sur cette évolution ? Amours et amitiés Aventures ...
  • Contact

Recherche