Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 23:07

Non la compétitivité n'est pas un but en soi.

Raisonnons par l'absurde. Supposons que la compétitivité soit bonne pour l'économie et donc pour les entreprises et pour les consommateurs.

Pour que les entreprises deviennent compétitives, il faut qu'elles investissent beaucoup, qu'elles réduisent éventuellement la masse salariale, qu'elles disposent de la meilleure force commerciale, qu'elles mettent sur le marché assez tôt un produit ou un service de qualité au meilleur prix.

Point besoin d'avoir été à l'ENA pour comprendre que quelques rares entreprises seulement deviendront compétitives. La grande majorité des autres ne le sera pas. Tout le monde ne peut pas être premier de classe ! Et donc la grande majorité des entreprises se retrouvera en difficulté face à cette concurrence des meilleures entreprises. Il en résultera un taux de liquidation d'entreprises important; et donc des licenciements.

Au final, on voit bien que le postulat de départ est faux; loin d'être bénéfique à l'économie, la compétitivité est néfaste tant à l'ensemble des entreprises qu'à l'ensemble des consommateurs-salariés. CQFD.

J'aimerais rappeler l'une des mesures préconisées par François Hollande: la re localisation. Cette re localisation ne veut pas dire compétitivité; bien au contraire, elle signifie qu'au niveau d'une commune, d'un quartier, d'une ville, ... on trouve au moins les activités nécessaires à l'auto suffisance du niveau territorial considéré. Et ceci de façon à éviter cette compétitivité morbide qui ne profite qu'aux grosses structures.

Juste un petit exemple: le coiffeur du coin mérite de vivre et n'a pas besoin d'être concurrencé par une chaine comme Prouvost par exemple.

Pour redonner confiance aux français, il faut déjà leur donner la chance de démarrer une TPE sans se faire massacrer par une TGE.

Par ailleurs la re localisation a un avantage en termes de transition énergétique. Elle diminue la distance parcourue par les gens et les entreprises pour se procurer le service ou le bien voulu. Mieux encore, si ce bien ou ce service n'est pas disponible localement, souvent les consommateurs abandonneront leur quête, ce qui est une forme de réduction des gaspillages.

Enfin, ce qui me désole, c'est que Monsieur Gallois soit payé grassement pour un rapport aussi maigre dans lequel je ne vois qu'enfoncement de portes ouvertes !

Lui qui semble aussi carburer au gaz, je souhaite qu'un puits soit creusé dans son jardin afin qu'il puisse respirer à plein nez ce qu'il aime tant ! J'ai bien dit dans son jardin, pas dans celui du voisin même si celui-ci s'appelle Christophe de Marjorie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian de Lille - dans Les chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Avenir de l'homme
  • : Avenir de la société Quels sont les facteurs de changement ? Quelle évolution prévisible ? Quels sont nos marges de manoeuvre pour influer sur cette évolution ? Amours et amitiés Aventures ...
  • Contact

Recherche